[Total : 1    Moyenne : 4/5]

La vente d’insectes comestibles bio : une alternative à la viande.La contribution de l’élevage et surtout des bovins, aux problèmes de l’environnement est très importante et il est nécessaire de trouver des alternatives en toute urgence selon le Rapport de la FAO « L’ombre portée de l’élevage ».

La demande mondiale en animaux d’élevage va plus que doubler au cours des 50 prochaines années (elle devrait passer de 229 millions de tonnes en 1999/2001 à 465 millions de tonnes en 2050), tandis que la production animale occupe déjà 70% de l’ensemble des terres agricoles. Le secteur de l’élevage contribue très largement aux émissions de gaz à effet de serre comme le CO2, le CH4 et le N2O. Il utilise également 8% des réserves d’eau mondiales et la plupart des cultures fourragères et l’irrigation des terres de pâturage. L’élevage est un des principaux facteurs de déforestation et un acteur majeur de perte de la biodiversité en Europe.

Les insectes étant des animaux à sang froid, ils ont un taux de conversion élevé en denrées alimentaires, ainsi par exemple, les grillons ont besoin de six fois moins de nourriture que les bovins, quatre fois moins que les moutons, et deux fois moins que les porcs et les poulets de chair pour produire la même quantité de protéines. Ils émettent aussi moins de gaz à effet de serre que le bétail traditionnel. Le méthane, par exemple, n’est produit que par quelques insectes comme les termites et les blattes. Dans de nombreux cas, les insectes bio peuvent être élevés à partir de déchets organiques. Le rendement en viande après la transformation est beaucoup plus élevé pour les insectes bio (criquets par exemple 80%) que pour la viande bovine (55%), le porc (70%) ou l’agneau (35%). Les insectes comestibles sont donc une alternative sérieuse à la production conventionnelle ou à d’autres sources de protéines animales, soit pour la consommation humaine directe, soit indirectement en tant que matière première.

La consommation d'insectes comestibles en Thaïlande est extrêmement répandue.

La consommation d’insectes comestibles en Thaïlande est extrêmement répandue.

L’exploitation durable et les insectes comestibles bio

Les insectes comestibles sont présents dans les cultures, les forêts, les terres en jachère et les plan d’eau . Si l’on considère que les insectes occupent un si vaste éventail d’habitats, ils peuvent alors agir comme espèce parapluie de protection des autres ressources naturelles. Un projet réalisé au Kenya, combinant conservation des forêts et amélioration des moyens d’existence grâce aux insectes commerciaux (abeilles mellifères et papillons de soie), a permis d’augmenter la biodiversité des forêts. Des recherches sur ce sujet pourraient, par exemple, mettre l’accent sur les chenilles mopane et les fourmis tisserandes d’Asie.

Les planificateurs de la sécurité alimentaire et les gestionnaires des forêts devraient être davantage conscient de la manière selon laquelle la valeur des insectes comestibles bio dans les économies rurales affecte, et est à son tour affectée par les stratégies de gestion des ressources naturelles locales, notamment agricoles et concernant les feux de brousse, l’utilisation des pesticides, et la conservation des arbres. Dans des régions comme le Bassin du Congo, l’Afrique de l’Ouest ou l’Asie du Sud-Est, les insectes bio contribuent de manière significative à la sécurité alimentaire et aux moyens de subsistance de millions de personnes en constituant une source fiable de protéines, glucides, vitamines, et pour les médecines traditionnelles. La récolte d’insectes bio sauvages, qui requiert une main-d’Å“uvre abondante mais ne nécessite aucun investissement majeur ni propriété foncière, comme leur transformation et vente sur les marchés locaux, est à la portée des populations pauvres, en particulier des femmes et des enfants qui peuvent ainsi générer de l’argent comptant. Mais surtout, comme Tolède et Burlingame (2006) le suggère, la nutrition et la biodiversité constituent la base à partir duquel il est possible de réduire la moitié du nombre de personnes qui souffrent de la faim à 2015.


[Total : 1    Moyenne : 5/5]

En Afrique les insectes font partie intégrante des repas quotidiens. Alors que vous n’en trouveriez pas beaucoup sur les menus en Europe ou aux États-Unis, dans de nombreux pays « les insectes » représentent une partie importante des régimes des populations.

En effet, il est estimé que deux milliards de personnes — soit un tiers de la planète — consomment des insectes. C’est la raison pour laquelle le Département des forêts de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture examine le potentiel de la récolte et de l’élevage d’insectes pour améliorer la sécurité alimentaire dans le monde entier. Ce rapport est de l’Afrique centrale.


[Total : 1    Moyenne : 4/5]

Les insectes ne sont pas seulement comestibles, mais il sont aussi bons pour votre santé !

En moyenne, nous consommons tous les jours des insectes sans nous en rendre compte. Selon le US Food and Drug Administration, le chocolat peut avoir un total de 60 particules d’insectes par 100g, la sauce tomate 30 oeufs de mouches par 100 g, la cannelle moulue peut avoir jusqu’à 800 fragments d’insectes et le beurre d’arachide contient souvent environ 30 bits d’insectes pour 100g. Bien sûr, cela est tout à fait naturel et ne cause aucun dommage à la santé humaine!

Est-ce que nous allons produire, avec nos mixeurs, des hachoirs à grillons ou des coupe-sauterelles ? Pas encore, néanmoins, lisez la suite…

Selon la Société entomologique des insectes d’Amérique, les insectes sont tout à fait comestibles, et contiennent souvent plus de protéines et sont plus faibles en gras que les viandes classiques tels que le bœuf et le porc. Les insectes sont riches en calcium et en fer, et peuvent être consommés vivants, cuits, grillés, lyophilisées ou en conserve pour la conservation. Il y a plus de 800 000 espèces d’insectes vivant sur ​​notre planète et il est estimé qu’il y en a beaucoup plus qui n’ont pas encore été découverts ! Environ 1.500 espèces font partie de l’alimentation humaine en cours à travers le monde. Les insectes qui sont appréciés comme aliments comprennent les grillons, les vers de farine, les vers à soie, les sauterelles, les criquets, scorpions, fourmis, punaises d’eau, parmi beaucoup d’autres.

la culture d’insectes nécessite beaucoup moins d’énergie que l’élevage d’animaux

la culture d’insectes nécessite beaucoup moins d’énergie que l’élevage d’animaux

Les insectes convertissent les déchets organiques tels que l’herbe, les feuilles, les légumineuses, les pâtes de fruits et légumes en protéines comestibles. Contrairement aux bovins, les insectes ne doivent pas consommer de grandes quantités de céréales ou des grains afin de produire cette protéine. Cela réduit les coûts financiers et l’utilisation des terres qui est nécessaire pour la production d’aliments pour le bétail.

Les insectes sont ectothermes, ce qui signifie qu’ils s’appuient sur des sources de chaleur de l’environnement tels que le soleil pour survivre. Les animaux et les oiseaux sont endothermes et ont besoin de se chauffer pour survivre. L’avantage de cela est que la culture d’insectes nécessite beaucoup moins d’énergie que l’élevage d’animaux, ce qui à son tour réduit la production et les coûts de gestion.
Comme la population humaine continue d’augmenter, les terres à usage agricole continuent à décroître. On estime que d’ici 2020 il y aura plus de 9 milliards de personnes qui vivent sur ​​la terre, c’est-à-dire 2 milliards de plus qu’aujourd’hui ! S‘il y a plus de gens alors il y a une grande demande pour la nourriture et la terre. Les ressources naturelles sont déjà limitées et les prix alimentaires augmentent rapidement. Le réchauffement climatique causé par le bétail comporte un réel besoin d’un système production alimentaire plus durable. En comparaison à l’élevage traditionnel, comme les bovins ou les porcs, les insectes dégagent beaucoup moins de gaz à effet de serre, ont besoin de beaucoup moins d’espace de gestion des terres, et se reproduisent à un rythme beaucoup plus rapide.
On estime qu’il y a plus de 200 millions d’insectes pour chaque être humain. Les insectes se reproduisent rapidement et nécessitent seulement de deux kilogrammes d’aliments pour chaque kilogramme de poids gagné.


[Total : 1    Moyenne : 5/5]

L’entomophagie ( le fait de manger des insectes ) est une pratique contemporaine dans plus d’une centaine de pays sur la planète : Thaïlande, Laos, Indonésie, Afrique du sud, Botswana, Venezuela, Colombie, Mexique … Sans compter les tribus indigènes.

Dans la plupart des cas, ces insectes comestibles bio tiennent une part importante dans le régime alimentaire des populations concernées.

Mais pourquoi donc ?

Les insectes comestibles bio présentent une variété de texture et de saveurs aussi importante qu’il y a d’espèces comestibles ( plus de 1500 environ ). Cependant, très souvent, ils sont préparés pour présenter un croustillant, voire un croquant , très agréable en bouche. Leur goût est en général assez léger et permet aux épices les accompagnant de s’exprimer au maximum.

Ce sont ces caractéristiques gustatives qui en font un met très apprécié dans de nombreux pays. En Thaïlande, par exemple, contrairement aux idées reçues, la raison principale de manger des insectes bio est leur goût très recherché loin devant le poids culturel ou le manque de ressources alimentaires.

Un des avantages principaux des insectes comestibles bio, et c’est peut-être le plus connu, est qu’ils sont en général composés de beaucoup de protéines. En fonction des espèces, le taux varie bien sur mais il avoisine très souvent 60% de protéines en poids sec. C’est une raison pour laquelle la FAO encourage fortement l’entomophagie ; elle publie un tableau résumant cette caractéristique dans son codex alimentarius dédié aux insectes bio : valeurs en poids et pour 100g

Cliquer sur le tableau pour l’agrandir 

Tableau des valeurs nutritives par insectes comestibles bio

Tableau des valeurs nutritives par insectes comestibles bio

FAO : Food and agriculture organization, soit « Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture », une organisation des Nations unies.
On constate que le taux de protéines dans les insectes comestibles bio est en général comparable à celui de la viande de bœuf et dans certains cas il est même nettement supérieur ( sauterelles et grillons ).
En complément de cette nature super protéinée, les insectes comestibles bio sont souvent riches en vitamines et minéraux. On constate des taux importants de fer, phosphate, calcium et potassium chez le grillon et la sauterelle et une importante présence de vitamines A, B2 et C dans la composition de nombreux orthoptères ( grillon, sauterelles, … ) et lépidoptères ( vers à soie, vers de bambou, … ).

Une solution d’avenir écologique :

Comme l’exprime la FAO depuis plusieurs années, les insectes comestibles bio représentent une formidable ressource écologique pour nourrir une grande partie de l’humanité. Les problèmes actuels répandus de sous-nutrition et malnutrition ainsi que les projections démographiques pour la planète d’ici 2050 ( estimation des Nations Unies de 9 milliards d’humains ) laissent envisager un futur assez difficile pour nos enfants si les choses restent comme elles sont. Heureusement nous avons différentes solutions à notre disposition et manger des insectes bio est l’une des plus efficaces et des plus écologiques.

Les insectes comestibles bio ont des cycles de reproduction très courts ( environ 2 mois pour le grillon ) et un taux de reproduction très élevé ( environ 1300 Å“ufs en 3 à 4 semaines de gestation pour le grillon ) en comparaison du bétail conventionnel. Ces deux caractéristiques permettent d’envisager de nourrir une grande quantité d’humains et de faire de façon naturelle, de façon “bio”.

D’autre part, les insectes sont des animaux à sang froid et possèdent ainsi un taux de conversion alimentaire extrêmement élevé. En effet, lorsqu’il faut 10kg de végétaux pour obtenir 1kg de protéines de bÅ“uf, il ne faut que 2kg de végétaux pour obtenir le même kg de protéines d’insectes comestibles bio. De plus, la surface nécessaire pour faire un élevage d’insectes comestibles est très inférieure à celle nécessaire aux élevages de bétail conventionnel. Ceci a un énorme impact alimentaire et écologique.
Premièrement, une grande quantité de surfaces agraires est ainsi libérée pour revenir à des cultures vivrières pour l’homme et non pour le bétail et deuxièmement la facture énergétique pour produire 1kg de protéine est grandement réduite.
Mais la liste des avantages écologiques de l’entomophagie ne s’arrête pas là. Les émissions de gaz à effets de serre liées à un élevage d’insectes comestibles bio sont bien inférieures à celles observées dans un élevage porcin par exemple et jusqu’à 100 fois inférieures à celle observées dans un élevage bovin. Les émissions d’ammoniac sont elles aussi bien inférieures.
Toutes cas caractéristiques font de l’entomophagie l’une des meilleurs solutions d’avenir pour réduire l’impact écologique de l’agriculture, estimé aujourd’hui à 13.5% des émissions humaines d’après le GIEC.

GIEC : Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat


[Total : 2    Moyenne : 4/5]

Peu appétissants pour nous Européens, les insectes sont des aliments facilement TROUVABLE en magasin, très appréciés en Asie, en Amérique du sud, ou encore en Afrique.

Néanmoins, au début du début du 20ème siècle, on pouvait aussi en trouver sur les marchés Parisiens, notamment des termites au chocolat. Aujourd’hui, les insectes commencent à faire leur retour en France et on peut en retrouver de toutes formes, natures ou cuisinés.

Le vers de farine est un des insectes comestibles biologiques disponible en France

Le vers de farine est un des insectes comestibles biologiques disponible en France

Des qualités nutritives exceptionnelles

Riches en protéine, minéraux et vitamines, les insectes sont un vrai concentré de nutriments. Pour donner un exemple, un steak haché de 100 grammes est l’équivalent en protéine de six criquets. De plus, la plupart des insectes contiennent très peu de lipides, et sont donc plus sains que de la viande rouge.

Une alimentation plus respectueuse de l’environnement

Tandis que l’élevage de bovin nécessite une quantité d’eau, de nourriture, mais aussi d’espace très importante, les insectes n’ont que très peu de besoins… Il est même relativement facile d’élever soit même ses propres insectes à la maison. L’acheminement de la marchandise non plus, n’est plus un problème puisque les insectes peuvent être élevés partout.

Même si d’un point de vue culturel, il faudra sans doute quelques années avant que les insectes débarquent dans nos assiettes, ce serait, une solution très efficace d’un point de vue écologique mais aussi économique.
Outre leur aspect peu avenant, qui peut facilement faire peur aux moins téméraires, les insectes ont un goût peu prononcé de noisettes, de viandes séchées ou de bacon selon les variétés. Ils peuvent donc facilement se marier avec vos plats sucrés ou salés.

Le magasin en ligne inxect.com propose un large choix d’insectes natures, assaisonnés au curry, au fromage ou encore à la sauce barbecue. Côté sucré, le site propose des chocolats aux insectes croquants, ainsi que des sucettes et des bonbons qui ne manqueront pas de surprendre vos convives.
Nous avons récemment rencontré, Romain Fessard créateur du magasin Inxect.com, pour qu’il nous fasse découvrir quelques uns de ses meilleurs

Produits :

Les grillons :
Avec un goût proche de celui de la noisette ou de l’amande, ils peuvent être consommés nature, sucrés ou salés. Les grillons sont riches en éléments nutritifs : Protéines, fibres et minéraux (Calcium, magnésium, fer et phosphore)
Les vers de farine :
Leur goût est relativement discret, et on peut vraiment le marier avec tout. Riche en protéines, ils peuvent aisément se substituer à la viande.
Les termites rouges :
Leur goût est assez proche de celui du bacon, mais de manière beaucoup plus douce et légèrement sucrée.
Les fourmis :
Légèrement épicées, elles se marient parfaitement avec de nombreux plats et permettent de relever délicatement le goût.