[Total : 2    Moyenne : 3.5/5]

Arnold van Huis est un expert en la matière des insectes tropicaux spécialement dans leur comportement et la lutte biologique, il est basé à l’Université de Wageningen. Ce dernier préconise des croisement d’insectes comme aliment tant pour le bétail que pour la consommation humaine.

Ici, Van Huis parle de la façon dont les insectes peuvent aider à résoudre des problèmes de sécurité alimentaire et de nutrition en général d’où le nouveau projet financé par l’UE sur les insectes et les animaux, appelé PROTeINSECT qui s’adapte dans des efforts plus larges dans ce domaine. Il parle également de la cuisine avec des insectes.

Interview avec Van Huis :

Pourquoi faire des insectes une alimentation humaine ou animale mérite-t-il une plus grande attention ?

Je suis un entomologiste tropical et le plus important pour moi est que les gens des pays développés ne pensent pas aux insectes comme une nourriture primitive, car c’est complètement absurde. J’espère que les gens vont réévaluer cette ressource alimentaire. Les Européens ne parlent jamais des insectes parce que nous avons un parti pris occidental. J’espère que mon dernier livre, publié récemment par la FAO et intitulée “Les insectes comestibles : les perspectives d’avenir pour la nourriture et la sécurité alimentaire”, premettra de relever des défis ainsi que d’abattre certains préjugés. Je montre également les avantages environnementaux croissants des insectes. Sur le plan nutritionnel, les insectes ne sont pas un aliment de qualité inférieure. Par ailleurs, outre leur niveau élevé de protéines, les niveaux de zinc et de fer sont plus élevés chez les insectes que dans n’importe quel aliment aujourd’hui consommé en Occident. Un milliard de personnes souffrent d’anémie aujourd’hui (forme de carence en fer) et, dans le monde, deux milliards ont des déficiences en zinc . S’appuyer sur ​​les insectes pourrait réellement faire une différence, sans oublier les protéines.

Comment les insectes peuvent-ils contribuer à la sécurité alimentaire ?

Dans le court terme, les insectes seront de plus en plus utilisés comme aliments pour la production de poissons et des animaux d’élevage, tout du moins dans le monde occidental. Aujourd’hui, les centres de pisciculture reposent sur l’huile ou la farine de poisson amassés dans l’océan. Mais la surexploitation devient un problème et ces ingrédients sont chers car rares. Le soja est utilisé comme source de protéines pour l’alimentation animale, mais il devient trop coûteux également. En conséquence, les insectes pourraient être une alternative plus que viables pour les protéines.
Ainsi, même s’ils ne sont pas communs dans le monde occidental, les insectes peuvent être consommés comme aliments seuls. De cette manière également, les insectes peuvent contribuer à la sécurité alimentaire.

Quels insectes pourrions-nous développer pour nourrir nos poulets, bovins et porcs ?

Quand on regarde les insectes qui peuvent être cultivés pour notre alimentation on pense tout de suite aux vers à farine, aux mouches noires et aux larves de mouche. Leur teneur en protéines est par ailleurs assez élevée. Pourtant, il ne semble pas que les poissons ou la volaille, par exemple, posent de problèmes. Et cela revient presque au même puisque les poulets mangent des insectes quand ils sont en extérieur. Mais si l’on ose proposer des insectes directement aux humains, alors… on s’écrit “beurk !”.
Cela peut ne pas être aussi difficile à surmonter qu’il y paraît , si on fait des insectes des repas gastronomiques suffisamment attractifs, tout est dans la présentation.

Quels sont les défis dans la production d’insectes pour l’alimentation humaine et animale ?

Le problème est que nous devons toujours produire pour que ce soit économiquement viable. Nous avons besoin de mécaniser l’ensemble des systèmes parce que l’industrie alimentaire se consomme en tonnes et non en kilogrammes. Néanmoins nous commençons à voir un tout nouveau secteur se mettre en place . Il y a des entreprises développant des systèmes pilotes de production afin de produire de grandes quantités chaque jour. Normalement, les insectes sont cultivées sur des plateaux, mais cela nécessite une main-d’oeuvre trop conséquente.

Cette question est étudiée dans différentes parties du monde et également dans un certain nombre de pays européens où de grandes sociétés produisent déjà des insectes pour l’alimentaire, comme par exemple Haocheng qui produit des vers de farine en Chine. Si on fait un calcul et que l’on remplace un pour cent de la viande consommée actuellement avec des insectes, cela nécessitera une énorme industrie. Ainsi plus de personnes sont impliquées, plus les solutions seront trouvées – et rapidement !

Quels sont les avantages environnementaux des insectes ?

Il faut trouver des façons plus durables pour nourrir le bétail, ce dernier peut prendre jusqu’à 70 % de nos terres agricoles. Et la demande de viande devrait doubler d’ici à 2050. Aujourd’hui, nous consommons sans le vouloir des insectes, notamment par les volailles même ce ne sont que des quantités dérisoires. Mais il serait beaucoup plus durable que nous élevions des insectes près des déchetteries et que nous les nourrissions de notre bétail. Par exemple, les larves de la mouche de soldat noir, la mouche domestique et les vers de farine peuvent être cultivés sur tous les déchets organiques. Il a récemment été montré que les vers de farine, considérés comme une source de protéines pour les hommes, produisent beaucoup moins d’émissions de gaz à effet de serre et nécessitent beaucoup moins de terres que les poulets, les porcs et les bovins.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*