[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Susan Soares, designer d’origine portugaise compte sur l’impression 3D pour encourager la consommation d’insectes en leur donnant un aspect plus attrayant. Préparez-vous à écouter les cigales chanter dans vos cuisines…

Inciter à consommer les insectes grâce à l’impression 3D

Dans quelques dizaines d’années, les insectes constitueront peut être une partie de notre alimentation. L’ONU estime que, vu l’évolution croissante de la population mondiale, il deviendra nécessaire de trouver de nouvelles sources d’alimentations. Hors, la consommation d’insectes possède de nombreux avantages. Riches en apports nutritionnels, ils sont présents sur tous les continents depuis la nuit des temps, supportent tous types de climats ou presque, et représentent déjà un régime alimentaire pour de nombreuses cultures. L’élevage, facilement réalisable et économique, est bien moins polluant qu’un élevage de bétails pour un rendement bien plus élevé.

Fort de ces nombreux avantages, la pratique de l’entomophagie ( la consommation d’insectes par les humains) se confronte à un problème de taille. Les consommateurs potentiels ne sont pas encore prêts à franchir le pas. Beaucoup ont en horreur, leur seule présence et les manger dépasse l’entendement. C’est pourquoi Soares a eu l’idée de concevoir une pâte comestible à base de crickets et de bousiers, destinée à être modelée par impression 3D, histoire de donner un aspect plus séduisant que leur aspect original. Toutes sortes de formes et de motifs seraient alors envisageables. Soares pourrait amorcer ce virage culinaire inéluctable pour certains spécialistes, et jouer un rôle majeur dans notre futur mode de consommation.

Bon appétit bien sûr !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*