[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Du fond des âges à la modernité. Les invertébrés terrestres sont omniprésents dans la vie quotidienne et le développement de l’Homme, affirme Philippe Le Gall. Ils ont constitué et constituent encore une ressource alimentaire de tous les jours ou de disette. »

Les insectes sont en effet un élément très prégnant des écosystèmes terrestres, particulièrement en milieu tropical. Leur diversité et leur abondance les ont qualifiés comme ressource potentielle dans de nombreuses activités humaines et principalement comme source nutritionnelle. « De nombreux peuples d’Afrique en consomment des quantités importantes, explique le chercheur, même si cette habitude est progressivement battue en brèche par de nouveaux codes alimentaires, en Afrique de l’Ouest notamment. » Suivant les lieux et les saisons, on mange aussi bien des termites, des criquets ou des coléoptères, au stade larvaire ou adulte, et des chenilles, larves de papillons. La variété des insectes consommés n’a d’égale que celle des populations qui les goûtent, des pratiques de consommation et des approches commerciales ou non autour de cette activité. Pour certains peuples africains, il s’agit d’une friandise occasionnelle parfois appréciée par les adultes mais surtout par les enfants. Pour d’autres, ils font partie intégrante de l’équilibre nutritionnel, voire du périmètre économique, lorsqu’ils sont l’objet d’un commerce local, régional ou international, comme c’est parfois le cas. Les bagagistes de l’aéroport parisien de Roissy voient ainsi régulièrement passer des sacs contenant des dizaines de kilos de chenilles, destinés au marché des Africains de France. “Au Congo, les Conocephalidae sont vendus dans les rues sous le nom de VDA, acronyme de ’’vivre durement aujourd’hui’’, en référence à une formule du président Joachim Yhombi-Opango2, qui évoquait des jours meilleurs à venir », raconte le chercheur. En contrepoint, l’usage et le commerce à grande échelle de certaines espèces, dans des milieux soumis à des changements d’usage des terres importants, peut menacer la pérennité de la ressource. « Le passage d’un système de cueillette à un mode de production organisé à travers l’élevage de masse est une voie d’avenir », estime le spécialiste.


One Comment

  1. Posted décembre 8, 2013 at 7:48 | Permalink

    Hi, this is a comment.
    To delete a comment, just log in and view the post's comments. There you will have the option to edit or delete them.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*