[Total : 1    Moyenne : 4/5]

Dans les régions les plus pauvres de Thaïlande, les fermes d’insectes comestibles biologiques apportent une nouvelle source de revenus aux habitants qui dépendaient jusqu’à lors d’une agriculture précaire.

Les criquets qui y sont élevés font désormais le régal des consommateurs asiatiques et, de plus en plus, de certains Occidentaux qui s’y intéressent. Ils procurent aussi l’autosuffisance alimentaire aux habitants de la région, et bien davantage !

Boontham, un fermier de 47 ans qui s’est lancé dans cet élevage il y a 4 ans, avec peu de dépenses d’investissement et d’entretien, fait désormais un profit de 3.000 dollars par an [le revenu moyen est d’environ 2.200 dollars par an dans cette région peu développée]. Et son voisin a pu emmener son fils à l’université grâce à cette pratique. Les éleveurs de criquets ont depuis formé une coopérative avec l’appui des autorités locales et de l’université de Khon Kaen (un établissement impliqué dans le soutien à cette forme d’élevage).

Ferme d'élevage d'insectes comestibles bio en Thaïlande

Ferme d’élevage d’insectes comestibles bio en Thaïlande

A l’échelle du pays, plus de 20.000 fermes d’insectes comestibles biologiques sont enregistrées, la plupart d’entre elles sont de petites exploitations familiales. Elles produisent 7.500 tonnes de bestioles bien croquantes qui en font la première nation productrice de ce type de nourriture dans le monde.

Selon la FAO, les insectes biologiques font partie du régime alimentaire habituel dans plus de 100 pays avec plus de 1.600 espèces consommées. En Chine, on les consomme depuis 5.000 ans et on leur attribue même des propriétés médicinales, par exemple aux cafards qui sont de plus en plus élevés pour ce motif ! En Thaïlande, environ 200 espèces sont consommées dans toutes les classes sociales (pas seulement chez les populations rurales pauvres).

Les petits élevages d’insectes sont encouragés par la FAO (rapport de cette institution paru en 2013) en raison de leur faible coût, du complément de revenus qu’ils procurent aux habitants, de leur intérêt nutritionnel et de leur faible impact sur l’environnement. De plus, ils peuvent être réutilisés dans l’alimentation des poissons et volailles. Consommer des insectes biologiques est aussi une méthode écologique pour lutter contre des ravageurs. Suivant l’exemple thaïlandais, des pays comme le Ghana et le Laos développent désormais des élevages d’insectes biologiques familiaux.

L’élevage d’insectes comestibles biologiques ne nécessite pas de produits d’origine animale, d’antibiotiques ni d’hormones de croissance, et peu d’eau ou de nourriture. Produire 1 livre [env. 450 grammes] de boeuf nécessite plus de 10.000 litres d’eau et 11 kg de végétaux, contre 3 litres d’eau et 900 grammes de végétaux pour le poids équivalent en viande de criquets !

Une portion de 170 grammes de criquets comprend beaucoup plus de vitamine B12 et deux fois moins de graisses saturées que l’équivalent en viande de boeuf.

Ce qui fait que même les Occidentaux commencent à s’y intéresser…

Par exemple, des barres énergétiques aux criquets sont commercialisées aux Etats-Unis (qui voient apparaître leurs premières fermes à insectes biologiques destinés à la consommation humaines), alors que des restaurants de Paris ou Londres servent des tapas et des sandwichs aux chenilles !

Une fois passés les blocages d’ordre psychologique ou culturel, il apparaît que les insectes biologiques sont très agréables à manger ! Les criquets sont croustillants et leur saveur rappelle la noisette, les “vers de bambou” [chenilles d’un papillon de nuit] font penser à des chips sans sel, les larves de charançons du palmier [que l’on connaît aussi comme un ravageur des dattiers sur la Côte d’Azur !] ont un goût de soupe au bacon douce !

Source : Huffington Post


3 Comments

  1. Alino
    Posted octobre 29, 2014 at 10:46 | Permalink

    Salut,

    Notre ONG cherche les adresses, téléphones des fermiers
    des insectes comestibles à Laos ou Thaïlande afin leurs
    envoyer les gens pour apprendre ce métier.

    Merci

    • tommmy
      Posted juillet 23, 2015 at 7:29 | Permalink

      Bonjour
      j aimerais savoir si votre ong , peux envoyer des personnes en afrique pour la formation

  2. ROULIER LAURENCE
    Posted décembre 8, 2014 at 1:19 | Permalink

    bonjour,
    pourriez-vous svp me faire connaître votre ong.

    n’hésitez pas si vous avez des questions à me poser
    cordialement

    Laurence roulier

One Trackback

  1. By Innovations à bord | Pearltrees on mai 6, 2015 at 11:22

    […] THAÏLANDE – Les fermes d’insectes comestibles bio prennent leur essor | Insectes comestibles | …. Les criquets qui y sont élevés font désormais le régal des consommateurs asiatiques et, de plus en plus, de certains Occidentaux qui s’y intéressent. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*